Connexion / Inscription

Coronavirus (covid - 19): Quels impacts pour les campings ?

Retrouvez toute l'info sur le coronavirus concernant les campings.


Impact du coronavirus sur les réservations :

L’impact du Coronavirus est désormais ressenti dans tous les secteurs de l'économie et particulièrement les entreprises du secteur touristique. Les campings sont donc également impactés :

Baisse des réservations :

L'ensemble des acteurs de l'HPA constatent ces dernières semaines une baisse des réservations significative : allant de 20 à 30% en fonction des campings. Si cette baisse concerne en premier lieu les réservations pour les premières semaines de la basse saison (Vacances de pâques, ascension,...), le risque que cette baisse touche également la haute saison est désormais fort probable.
Avant l'annonce du confinement en France, la baisse des réservations concernait surtout la clientèle étrangère. Mais il y a fort a parier que la situation évolue rapidement...
L'addition pour les acteurs du camping risque donc d’être salée: estimée déjà à plusieurs millions d'euros, ces pertes de chiffres d'affaire vont impacter sérieusement la saison 2020.

Annulation des réservations:

Au delà de la baisse de réservation, les campings ont enregistré ces dernières semaines un nombre élevé d'annulation. Comment les campings peuvent gérer cette crise ? Le passage au stade 3 aggrave la situation : tous les campings ayant l'obligation de fermer et tous les Français se trouvant désormais en zone de confinement, il est difficile de savoir comment la situation va évoluer : Combien de temps va durer le confinement (et donc sur quelle période les annulations vont se prolonger)...

Prise en charge par Les assurances "perte d’exploitation" :

Les campings qui devaient ouvrir avant le 15 avril (date jusqu’à laquelle ils ont pour le moment obligation de rester fermés) et qui ont souscrits une assurance "perte d’exploitation" peuvent espérer une prise en charge de la perte de chiffre d'affaire. Mais il est possible que certaines Compagnies d’Assurances considèrent la pandémie de Covid-19 comme une cause d’exclusion.

Remboursement des séjours : Quelle attitude adopter ?

C'est le sujet sensible du moment... De nombreux clients contactent les campings afin d'obtenir le remboursement de leurs séjours. Quelles réponses apporter et que dit la loi ?

Remboursement des séjours en camping avant le confinement :

Tant que les campings étaient ouverts, la gestion des annulations restait la même qu'en temps normal : Les clients souhaitant annuler leur séjour en raison de l’épidémie de covid19, devaient en principe avoir souscrit une assurance annulation (sous réserve que l'assurance couvre la raison de l'annulation), L'offre "campez couvert" (Tolède Groupe) prend notamment en charge le risque d'épidémie dans sa garantie annulation de séjour (si l'un des membres de la famille du client est touché par le covid19).

Pour les personnes n'ayant pas souscrit d'assurance annulation :Il n'y avait en principe pas d'exception, ce sont les conditions générales de ventes (et donc d'annulation) classiques qui s'appliquaient.

Remboursement des séjours durant le confinement du coronavirus :

Depuis le passage au stade 3 et la mise en place du confinement en France (le 17 mars 2020 à 12 h), les campings n'étant plus en mesure d'accueillir ils étaient en principe tenu de rembourser intégralement les clients ayant réservé des séjours sur cette période. Et ce en vertu de l'article L211-13 du code du tourisme qui indique :
"Lorsque, avant le départ, le respect d'un des éléments essentiels du contrat est rendu impossible par suite d'un événement extérieur qui s'impose à l'organisateur ou au détaillant, celui-ci doit le plus rapidement possible en avertir le voyageur et informer ce dernier de la faculté dont il dispose soit de résoudre sans frais le contrat, soit d'accepter la modification proposée par l'organisateur ou le détaillant."

Ordonnance n° 2020-315 : pas de remboursements, mais des avoirs

Compte tenu de la situation exceptionnelle, le gouvernement après concertation avec les associations de consommateurs et les représentant des acteurs du tourisme (dont la FNHPA), a publié l’ordonnance n° 2020-315 au Journal officiel du 26 mars 2020 : Les campings (et autres hébergements touristiques) peuvent désormais proposer un avoir valable 18 mois à tous les clients dont le séjour a été annulé à cause de la crise du coronavirus :

  • Cet avoir peut être utilisé en plusieurs fois pour plusieurs prestations pendant 18 mois
  • L'annulation doit avoir été faite entre le 1er Mars 2020 et le 15 Septembre.
  • Le séjour devait se dérouler pendant le confinement.
  • Le camping doit informer ses clients qu'ils bénéficient d’un avoir via un courrier ou par mail dans les 30 jours suivant l’annulation
  • Le camping a ensuite 3 mois (après l'annulation) pour proposer une nouvelle offre identique ou équivalente à celle qui a été annulée
  • Si le client accepte l’offre : un nouveau contrat sera signé qui précisera notamment la date de versement du solde, si seul l'acompte avait été versé.
  • Si le client refuse l'offre : le camping pourra proposer d’autres offres (dates, type d’hébergement..).
  • Si aucunes propositions ne conviennent au client durant les 18 mois (quelles qu’en soient les raisons) : Le camping devra procéder au remboursement intégral.

Remboursement des séjours après le confinement :

Dés lors que le confinement sera levé et que les campings seront a nouveau autorisés a ouvrir, les conditions d'annulation des séjours redeviendrons les mêmes qu'avant le confinement. Ainsi sous réserve que le camping soit ouvert et que le client ne soit pas dans une zone de confinement il ne sera plus possible pour les clients d'annuler leurs séjour et de demander un avoir ou remboursement (sauf pour ceux ayant souscrit une assurance annulation et donc les conditions d'annulation seront remplies).
Ainsi, si le confinement prend fin en Mai, cela signifie que les clients souhaitant annuler des séjour sur Juin/Juillet/Aout... ne pourrons prétendre à un remboursement.

Le cas particulier des clients "résidents" des campings:

Pour rappel on appel "résidents", les clients des campings qui louent une parcelle à l'année sur un camping, cette parcelle pouvant accueillir un locatif (Mobilhome,...). Compte tenu de la fermeture des campings ces clients ne peuvent profiter de leur location.

Seuls sont autorisés sur le camping:
  • Les gestionnaires et leur famille résidant sur le terrain à titre d’habitation principale,
  • Les salariés du gestionnaire qui sont logés sur place,
  • Les travailleurs de sociétés extérieures logés également sur le terrain, par exemple pour la réalisation d’un chantier,
  • Les étudiants suivant leurs études dans la région et domiciliés temporairement dans le camping, (même si les universités sont fermées).
  • Les personnes à la recherche d’un logement et vivant la période transitoire dans un camping.

Pour les résidents à l'année :

La loi interdit en principe aux résidents de faire de leur parcelle leur résidence principale et d’y vivre à l'année. Mais dans les faits, on estime qu'entre 70 000 et 100 000 personnes habiteraient de manière permanente en terrain de camping, sur des périodes allant de quelques mois à plusieurs années. En effet certaines municipalités autorisent ces situations précaires qui permettent à la commune d’accueillir de nouveaux habitants, ou de loger des personnes aux revenus modestes. Ces personnes sont donc censées être autorisées a être confinés dans les campings (mais certains gérants semblent avoir demander à ces résidents de quitter le camping)

Quelles indemnisations ?

Dans ce contexte un certain nombre de clients résidents se posent la question d'un éventuel remboursement, puisqu'ils ne peuvent profiter de leur location annuelle. Que faire ? Selon nos informations l'ordonnance n° 2020-315 s'applique également aux clients résidents, en conséquence le camping proposera aux résidents un avoir valable 18 mois. Reste à déterminer le mode de calcul: les tarifs d'un emplacement n'étant pas les mêmes en Avril qu'en Juillet/Août une remise au prorata du temps de fermeture ne sera pas forcement cohérente... (d'autant qu'en général les propriétaires de mobilhome profite moins de leur location en Avril qu'en Juillet/Août (notamment en raison de la météo).


Votre opinion